Accueil » EDGM Hip-Hop » Chroniques » Concert Eminem Stade 2 France : 22 Aout 2013 (Chronique)

Concert Eminem Stade 2 France : 22 Aout 2013 (Chronique)

Yo les bâtards.

Alors voila, on était au Stade 2 France pour voir La Star. Le mec qui met tout le monde d’accord, le seul et unique rappeur qui fait l’unanimité.
C’est aussi The Only One qui déchaîne des cascades de commentaires à chaque article. Et enfin, il n’y a qu’avec lui que les -rares- haters envers le bonhomme se font totalement fracasser par les milliards de commentaires qui déferlent à leur suite.
Faut pas être contre Marshall.

FRANCE-MUSIC-EMINEM

Bref, on vous fait pas patienter plus longtemps, on a été heureux de voir enfin notre idole, notre papa, le mec qui nous a fait aimer le rap (on est jeunes, on vous emmerde). 10 ans en arrière on s’était fait rembourser nos putain de billets après son overdose de calmants. Et Finally, on y était. Incroyable.

Mais objectivement, ce n’était clairement pas le concert du siècle. Déjà, avec une première partie de 2 heures, on a pris le Stade 2 France et le show de Bruce pour un festival.

Eminem 2

Alors pas de soucis, on a adoré Slaughterhouse, on a bien golri aux conneries de Tyler -qui a flippé devant autant de blancs. Wesh les renois, vous avez peur du rappeur white ou quoi ?- Earl Sweatshirt du haut de ses 19 pijes est déjà à l’aise. Et l’apothéose pour un Kendrick Lamar -presque- aussi attendu que le King. Mais on aurait préféré 3 heures de Shady.

D’ailleurs l’enfant de Compton n’a pas mâché ses mots, se la racontant comme un petit bâtard de CM2 : « Une mère a eu un fils, Kendrick, un mec que tu ne pourras jamais stopper ».
On a kiffé. Seul reproche, pas d’apparition de Dr. Dre pour nous jouer The Recipe. Fuck.

Environ 2 heures de première partie donc, ou les gens rentraient constamment dans le Stade. 73 000 personnes parait-il. Personne en France ne fait mieux, et je doute que beaucoup de rappeurs puissent se vanter d’un tel exploit.
« J’remplis Bercy, les doigts dans l’cul » -Bah Bravo Morray. T’es à 16 000 pèlerins. Bien joué.

Le man arrive donc sur scène un peu avant 22h.
Et là, c’est le drame. Il commence par sa dernière merde Survival, que 10 mecs connaissent dans le stade et que les 3/4 n’ont pas envie d’écouter. Première erreur. Et la seule d’un concert d’une bonne heure qui le verra passer de Square Dance à Mosh puis Stan, Kill You, Forever, Business, Got To Sleep, mais aussi des merdes à la Lighters pour faire mouiller les tites-pe. Petite apparition de Royce Da qui était avec Slaughterhouse un peu plus tôt pour Bad Meet Evil.

Clou du spectacle quand il nous la joue Slim Shady avec I’m Back, The Real Slim Shady, Just Don’t Give A Fuck
Une palette d’environ 30 sons, ou il n’a joué pour la plupart qu’un couplet. C’est suffisant pour nous faire rêver, et le rappel pour Lose Yourself, ou il s’est amusé avec le guitariste comme un gamin de 8 ans était épique.

Un concert à ne pas manquer donc, même si un peu court. Mais quand on y pense, ça valait déjà le coup rien que pour la première partie. Alors avec Slim Shady en Star…

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*