Accueil » A la Une » Anderson Paak – Malibu

Anderson Paak – Malibu

Anderson-Park-Malibu

Il y a 16 ans de cela, après avoir magnifier les sons de ses collègues rappeurs avec des refrains restés mémorables, le légendaire Nate Dogg sortait son album solo G-Funk Classics, Vol 1 & 2. Depuis la mort de ce dernier en 2011, la West Coast cherchait sa nouvelle voix. Il semble bien qu’elle l’ait trouvé en la personne d’Anderson Paak.

Bien connu de la scène de Los Angeles, il l’est beaucoup moins du grand public jusqu’à ses multiples apparitions en 2015 sur le dernier opus de Dr Dre, Compton. Même si des artistes talentueux comme Snoop Dogg, Eminem et bien d’autres, étaient promis à une grande carrière vu l’étendue de leur talent, il faut quand même avouer que la validation du Doc permet de passer un cap et d’avoir une renommée qui va au delà des scènes californiennes.

Il ne fait pas plus de 30 secondes pour se mettre très vite dans l’ambiance de Paak. Il y aura de la Soul, ça va être funky et ça va être bon. Une première bonne surprise, il y a très peu de rap. Heureusement car si vous lisez sur un site plutôt spécialisé dans les potins pour bonne femme et qui pond un article hip hop tous les 6 mois et ce, pour le titrer de façon consternante « Anderson Paak : le prochain Kendrick Lamar », faites gaffe car ça pique les yeux. Même si son flow peut se rapprocher du rap, Paak est un chanteur avant tout, un chanteur, un vrai.

Côté productions, Paak, déjà producteur, n’a pas hésité à faire appel à des pointures telles que Dj Khalil, Madlib, Dem Jointz, 9th Wonder ou encore Hi Tek qui est derrière le très entraînant « Come Down ».

Côté collaboration, on reste dans la mesure avec pas plus de 5 feats sur 16 titres. Au rendez vous, sur « The Waters », BJ The Chicago Kid, que l’on connait déjà depuis quelques années, notamment dans sa participation à Section 80 de Kendrick Lamar et récemment dans Compton. Très heureux d’également retrouver Rapsody, la protégée de 9th Wonder sur le très soulful « Without you ». The Game ? Eh bien The Game fait du name dropping comme il le fait si bien mais réponds toujours présent lors de l’appel d’artistes West Coast et l’harmonie avec Paak nous offre un parfait morceau à mettre à tout prix avec subtilité pour mettre dans l’ambiance votre date qui vous appelle pour vous demander de lui ouvrir et que vous compter bien choper après plusieurs tentatives pour la faire venir chez vous. Le vétéran Talib Kweli et le lieutenant de la TDE Schoolboy Q sont les deux autres guests de marque de Malibu.

« What’s behind them tig-ol-bitties » ? « Silicon Valley » nous montre toute le talent de Paak pour faire passer les messages les plus osés avec subtilité.

Malibu n’est pas le premier opus d’Anderson Paak, mais bien le premier avec une telle portée. Et il se positionne bien pour être dans le top des classements de l’année 2016.

Anderson Paak sera à la Bellevilloise à Paris le 24 Février prochain. Vous y serez ? Vous avez intérêt.

Random Afro Guy.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*